enfr

Univers


1888, Londres, capitale du monde

Londres vibre. Londres vit, respire et crache. Les jours où il est encore possible de distinguer la couleur du ciel se font de plus en plus rares. La nuit, la lune est à peine capable de percer le smog, mélange de brouillard, de vapeurs malodorantes et de fumées d’usines dans lequel la métropole est plongée en permanence.

A la tête de l’Empire, la reine Victoria demeure la garante de la paix intérieure. Immobilisée dans le palais de Buckingham à la suite d’un terrible attentat qui la laissa lourdement handicapée, elle continue à assurer les devoirs de sa charge, qu’il s’agisse des impératifs de la politique colonisatrice entreprise avec l’appui de l’armée britannique, ou des exigences de la cour où il lui faut continuer à incarner la permanence du pouvoir impérial aux yeux d’une aristocratie de plus en plus hautaine et imbue de ses prérogatives.

Au Parlement, la vie des Lords n’est pas de tout repos. Les sujets de disputes et de débats entre les Nécromanciens et leurs adversaires, les Steamlords, sont nombreux et agitent en permanence la vie politique de l’empire.

Avec l’avènement de la vapeur, les carnets de commande des barons de l’industrie sont pleins à craquer. Nombreux sont les habitants de cette ville grouillante d’activité à être dépassés par les mutations rapides et incontrôlées de leur environnement et les changements apportés à leur quotidien.

Les citoyens de Londres les plus défavorisés subissent quotidiennement les méfaits et les abus du progrès, et descendent de plus en plus souvent dans la rue pour manifester leur mécontentement.Obscurité, insécurité, agitation politique et sociale, complots, indifférence, si la plupart des habitants du Smog avancent en aveugles, certains parmi eux appartiennent à l’une des sept factions principales qui représentent chacune à leur façon l’un des visages de cet univers trépidant et insolite.

Top